Manoir Touillet








ARMI les objets d'art contenus dans l'église, hormis un tableau du Sacré-Cœur du XVIIIe, avec un cœur rayonnant dans une gloire, un tableau de l'Assomption (peut-être du XVIIe), une très belle copie récente du « Christ en Pitié » de Jean Bellini (original au musée de Milan) offert par l'éminent écrivain Maurice Bedel, il faut signaler une jolie Vierge en bois peint du XVIIe siècle dont une main a été malheureusement volée en 1976, cette main avait la particularité de tenir une grappe de raisin, ce qui prouve que la paroisse était bien pourvue en vigne. Cette statue très dégradée mériterait une restauration de la part des Monuments historiques.









  "Un fait divers sous la Terreur" (1792) : tiré de l'ouvrage de Jacques Pineau  






D'après Lallanne (en 1854)



La baronnie de Thuré :

    « Hommage lige, une maille d'or à muance d'homme, haute, moyenne et basse justice.
L'ancien château offre encore à la vue de respectables ruines, qui consistent particulièrement en quatre tours rondes, dont deux s'élèvent aux deux angles sud et les deux autres à l'entrée de la porte principale. Elles sont couronnées de leurs machicoulis. Les fenêtres des galetas sont à fronton aigu, et les autres à croisillons.
    Ses douves étaient autrefois alimentées au moyen de tuyaux en terre, conducteurs des eaux de la fontaine du Bois-Livry, maintenant renfermée dans le parc de la Barbelinière.
    Nous avons remarqué, dans une cuisine encore bien conservée et séparée du château, une cheminée ayant 3 mètres de long sur 1,20 m de profondeur.
    Son manteau, surmonté d'une archivolte, repose sur deux piliers de 4,60 m de haut. Cette cuisine communiquait au manoir par un souterrain qui passait sous les douves. » (NDLR : ce doit être la cave de notre ami Georges Touillet. Nounours si tu lis ces lignes...).
    « En 1447, l'évêque de Poitiers échangea cette baronie et les seigneuries de Saint-Christophe, de Faye-la-Vineuse et la Tour-d'Oiré, pour le château de d'Harcourt-lès-Chauvigny, que lui donna Charles d'Anjou, comte du Maine, alors vicomte de Châtelleraud. »
    Parmi les seigneurs et propriétaires de Thuré qui se sont succédé nous relevons Pierre Demarconnay « qui mourut le 26 juillet 1529, ainsi que l'atteste l'inscription suivante que nous avons recueillie sur un mur faisant autrefois partie de l'ancienne chapelle de Notre-Dame du cimetière de Thuré : St. Noble homme Charles de Marconnay, en son vivant seigneur de la Barbelinière et de Montaré, sénéchal du duché Loudunais, de Chastelleraud, conseiller et maistre d'hostel du roy notre sire, qui trespassa le vingt et sixième jour de juillet l'an mil cinq cent vingt et neuf, pries Dieu pour luy.
    Au-dessous de cette inscription, l'on voyait anciennement un tombeau en pierre. Le couvercle, appuyé maintenant le long de ce mur, à l'extérieur, représente un homme couché. Sa tête, qui a été enlevée, reposait sur un coussin soutenu par deux anges. Ce personnage a les deux mains jointes sur la poitrine. De son côté droit pend un longue épée attachée à un cordon qui ceint le corps entier. »



















































Plus récemment







Vous écoutez l'hymne national
                canadien




Tombes, dans le cimetière, des treize aviateurs de l'équipage anglo-canadien des deux bombardiers alliés entrés en collision dans la nuit du 9 au 10 août  1944 sur les bois du hameau de Celle. Ils participaient à la libération de la France en venant bombarder d'importants dépôts de carburants de l'armée d'occupation stockés dans la forêt de Châtellerault.















 

Pour consulter le récit de cet épisode de notre histoire, cliquer sur le Lancaster à droite. Merci à Philippe Vaucelle pour l'envoi de ce document ainsi que pour le prêt des écrits d'Emile Chamfays.





Cliquer pour liste des équipages Lancaster








Suite de l'histoire de Thuré et sa géographie 

par A. de Longuemar (géographie 1878) et Rémy Champigny (histoire)

  Pages du Bulletin des Antiquaires de l'Ouest sur l'abbé MESLIN

Un mariage impérial... à Thuré

1914-1918

Les soldats de Thuré morts pour la France

L'ancienne chapelle de Notre-Dame du cimetière

"1871. Quand des éléments de l'armée de la Loire cantonnaient à Thuré"


Morts pour la France de
                                              Thuré



    Accueil | Cartes postales | Géo/Eco | Histoire | Souterrains refuges | Littérature | Maurice Bedel | Emile Chanfays | Gastronomie | Photos et gravures | Plan du site